Saint-Edmond-de-Grantham

Dans cette page, on retrace brièvement l’histoire de la municipalité et on présente quelques données statistiques tirées de l’inventaire patrimonial réalisé en 2009. On peut également y indiquer les différentes actions de la municipalité en matière de patrimoine.

Histoire

 

Érection canonique : 22 mars 1917
Érection civile : 26 octobre 1917
Origine du nom : C’est en l’honneur de l’abbé Edmond Buisson, qui s’est illustré en tant que professeur au séminaire de Nicolet et comme curé de la paroisse de Saint-Bonaventure, que la paroisse est placée sous le patronage de saint Edmond1.

Population : 724 personnes

 

Les pionniers

L’ouverture du canton de Grantham s’est réalisée au début du 19e siècle mais il a fallu attendre plus d’une centaine d’années avant d’assister à la naissance de Saint-Edmond-de-Grantham. Le premier recensement de 1919 démontre qu’il y a 80 familles et 464 âmes sur le territoire de la nouvelle paroisse. Déjà à cette époque, une quarantaine de maisons sont fermées puisque les propriétaires ont quitté les lieux rêvant d’une vie meilleure aux États-Unis ou dans des villes canadiennes2.

 

La famille de Joseph Gélinas s’est illustrée comme pionnière de la région en s’installant sur le « futur » territoire de Saint-Edmond-de-Grantham dès 1896. Joseph Gélinas s’est impliqué pour sa paroisse en offrant les terrains nécessaires à l’érection de l’église et de la grotte de Notre-Dame-de-Lourdes. La première messe est également célébrée dans la maison de ce pionnier en plus d’avoir servi de résidence au curé Aristide Brûlé. Parmi les autres pionniers on retrouve Onésime Parent, Hormidas Lambert et Achille Joyal3.

 

La vie religieuse

La fondation de la paroisse n’a pas été de tout repos. En fait, les opinions divergent entre ceux qui espèrent l’érection d’une nouvelle paroisse et ceux qui souhaitent demeurer dans leur paroisse respective. Certains paroissiens refusent de défrayer les coûts reliés à la construction d’une nouvelle église. Il semblerait que le don du terrain pour l’emplacement de la nouvelle église par Joseph Gélinas ait apaisé bon nombre de tensions en plus d’avoir rallié la plupart des paroissiens4.

 

Les services de l’entrepreneur J.-Albert Nadeau de Drummondville sont retenus pour la construction de l’église et du presbytère. La surveillance du chantier est assurée par les architectes Audet et Charbonneau5. Toutefois, Louis Caron a remplacé les architectes Audet et Charbonneau pour terminer la supervision des travaux. L’église et le presbytère sont achevés en 19186.

 

À proximité de l’église se trouve un lieu de culte prisé par les paroissiens de Saint-Edmond-de-Grantham, c’est-à-dire la grotte de Notre-Dame-de-Lourdes. À l’origine, on doit installer une statue de saint Joseph en bordure de la rivière David. Toutefois, l’abbé Salois a également demandé une portion de terre étroite se trouvant sur l’autre rive pour ériger une grotte dédiée à Notre-Dame-de-Lourdes. La requête du curé Salois est acceptée et les paroissiens ont rapidement mis la main à la pâte afin de défricher le terrain convoité pour le site de la grotte. C’est le 1er mai 1925 que les paroissiens ont pu admirer la première « grotte » fabriquée de bois et de tôle servant au culte de Notre-Dame-de-Lourdes. Malheureusement, la charpente de bois n’a pas duré et une structure plus solide s’imposait. L’abbé Lavigne a alors demandé aux paroissiens d’apporter le plus de pierres possible pour la construction de la deuxième grotte qui est terminée le 13 septembre 1927. Plusieurs pèlerins vont se recueillir dans ces lieux à chaque année vers la mi-août7.

 

L’éducation

Il y a eu au moins cinq écoles de rang ouvertes en 1918. La plupart des écoles de rang sont fermées et vendues à la fin des années 1960 en raison de la fusion avec l’école centrale de Saint-Germain-de-Grantham en 19688.

 

Les moyens de transport

Au moment de la fondation de Saint-Edmond-de-Grantham, le réseau routier s’avère rudimentaire. En 1918, il est résolu d’acheter les terrains nécessaires à la construction de « l’ancienne route du village » et de la route de l’église alors qu’en 1919, les citoyens ont vu le rang Saint-Louis s’élargir. Le piètre état des routes a conduit quelques citoyens à actionner la municipalité dans les années 1920-1930 pour des problèmes rencontrés sur le réseau routier9.

 

Il y a bon nombre d’années, l’agglomération de Boulogne est desservie par voie ferrée. On peut encore observer cette ligne de chemin de fer qui est déjà considérée comme « abandonnée » sur la carte topographique de 191810.

 

L’économie

La vocation agricole de Saint-Edmond a grandement marqué son économie. L’agriculture est pratiquée sur 50% du territoire alors que le bois en occupe 30%. La production laitière a aussi joué un rôle important avec la fabrication de beurre et de fromage. En 1918, on trouve le fromager Joseph Morin installé sur le lot 812p du 8e rang qui a procuré quelques emplois dans la région avant de fermer ses portes à la fin des années 1920. De nos jours, les fermes de Saint-Edmond ont suivi le courant généralisé de la spécialisation. On peut retrouver des fermes porcines, de production laitière, de grandes cultures et de production avicole11.

 

Le carrefour Boulogne

Le carrefour Boulogne se trouve à l’intersection de la ligne de chemin de fer et du 9e rang. Cette agglomération est à proximité de la frontière avec Saint-Germain-de-Grantham. Il y a deux écoles à proximité et un bureau de poste12.

 

La vie municipale

La municipalité a eu son propre service de police dans les années 1950. Samuel Gélinas est le premier policier embauché afin de veiller au maintien de l’ordre dans les assemblées publiques et dans le stationnement du village13.

 

Le bureau municipal est situé dans l’ancien presbytère de décembre 1991 à 2006. En plus de l’achat du presbytère, la municipalité a acquis les dépendances et les terrains ce qui a permis aux Loisirs d’en poursuivre l’utilisation. Un espace est aussi disponible pour le garage municipal. Les locaux non utilisés par la municipalité sont mis à la disposition de divers organismes communautaires. En 2006, la municipalité a déménagé ses bureaux dans les locaux de l’ancienne caisse populaire. Toutefois, elle a choisi de conserver l’ancien presbytère et sa vocation communautaire. Un service de bibliothèque et une salle d’ordinateurs sont mis à la disposition des résidants de Saint-Edmond14. Pour en savoir davantage sur cette municipalité, il suffit de consulter le www.st-edmond-de-grantham.qc.ca.

 

Patrimoine

 

Voici quelques statistiques tirées de l’inventaire patrimonial de la MRC.

 

Type et nombre de biens répertoriés

Répartition selon le type de bien répertorié

Bâtiment principal

Bâtiment secondaire

Cimetière

Croix de chemin

Paysage et point de vue

Pont

42

12

1

3

0

0

 

Une cote15 est attribuée à chaque bâtiment principal et elle tient compte de l’intérêt architectural, patrimonial, culturel et historique du bâtiment.

Répartition selon la cote attribuée aux bâtiments principaux

 

Saint-Edmond-de-Grantham

MRC

Cote

Nombre

%

%

CC

25

56 %

44 %

C

6

13 %

19 %

CR

5

11 %

10 %

BN

3

7 %

8 %

D

1

2 %

1 %

 

L’année de construction est une information souvent difficile à obtenir parce que peu documentée au fils du temps. Nous avons donc indiqué, le cas échéant, une date approximative selon l’état actuel du bâtiment.

Répartition selon la date de construction

 

Saint-Edmond-de-Grantham

MRC

Période

Nombre

%

%

1851-1900

23

56 %

57,7 %

1901-1950

17

42 %

35,5 %

1800-1850

1

2 %

5, 3%

1951 et +

0

0 %

1,5 %

 

En ce qui concerne la description stylistique, 23 styles différents ont été pré-identifiés. Ce sont des styles reliés essentiellement à l’architecture traditionnelle que l’on retrouve principalement en milieu rural. Lorsqu’un bâtiment mélange plusieurs styles et qu’il est difficile de l’associer à un style particulier, nous avons utilisé la catégorie « Autre ».

Répartition selon le style architectural

 

Saint-Edmond-de-Grantham

MRC

Style

Nombre

%

%

Maison de colonisation

21

47 %

18 %

Vernaculaire américain

6

13 %

18 %

Autre

4

9 %

13 %

Maison à lucarne-pignon

4

9 %

13 %

Commercial utilitaire

2

4 %

2 %

Vernaculaire boîte carrée

2

4 %

4 %

Courant cubique

1

2 %

4 %

Arts et métiers

1

2 %

1 %

 

Il est possible de consulter la section Inventaire patrimonial de la MRC pour accéder au module de recherche qui permet d’en savoir davantage sur certains biens patrimoniaux répertoriés dans cette municipalité.

 

1Joseph-Charles Saint-Amant, Un coin des Cantons de l’Est, Drummondville, La Parole, 1932, p. 492.

2 Comité de Saint-Edmond, Saint-Edmond de Grantham 1917-1992. 75 ans d’histoire, Saint-Edmond, Municipalité de Saint-Edmond-de-Grantham, 1992, p. 20.

3Comité de Saint-Edmond, Saint-Edmond de Grantham 1917-1992…, p.19, J.-C. Saint-Amant, Un coin des Cantons…, p.493 et S. A., Municipalités environnant Drummondville, dépliant «St-Edmond de Grantham », Bibliothèque municipale Côme St-Germain, cote 971. 4563.

4 Comité de Saint-Edmond, Saint-Edmond de Grantham 1917-1992…, p. 7.

5Inventaire des lieux de culte du Québec, « Église Saint-Edmond », [En ligne] http://www.lieuxdeculte.qc.ca/fiche.php?LIEU_CULTE_ID=2997, Fondation du patrimoine religieux du Québec, Fiche no 2003-17-033, Mise à jour en 2006, page consultée le 13 mars 2009 et J.-C. Saint-Amant, Un coin des Cantons…, p.493.

6 Comité de Saint-Edmond, Saint-Edmond de Grantham 1917-1992…, p. 32.

7 MRC de Drummond, « Saint-Edmond-de-Grantham, [En ligne] http://www.mrcdrummond.qc.ca/Web/Page.aspx?Id=132, page consultée le 13 mars 2009 et S. A., sans titre, La Parole, 19 juillet 1928, p. 7.

8 Carte topographique de 1918, 31-H-16, Department of Militia and Defence et Comité de Saint-Edmond, Saint-Edmond de Grantham 1917-1992…, p. 85.

9 Comité de Saint-Edmond, Saint-Edmond de Grantham 1917-1992…, p. 120-121.

10 Carte topographique 31-H-16 de 1918, Department of Militia and Defence.

11 Comité de Saint-Edmond, Saint-Edmond de Grantham 1917-1992…, p. 5, 100 et 287.

12 Carte topographique 31-H-16 de 1918 et de 1944, Department of Militia and Defence et carte topographique de 1938, Department of National Defence, cote 612cbaC, doc. no 31156012339282.

13 Comité de Saint-Edmond, Saint-Edmond de Grantham 1917-1992…, p. 123.

14Comité de valorisation du patrimoine de Saint-Edmond-de-Grantham, 2008.

15 Signification des cotes :

A : Intérêt patrimonial exceptionnel reconnu

AA : Intérêt patrimonial exceptionnel

B : État très proche de l’original, intérêt historique et/ou culturel

BB : État très proche de l’original, sans intérêt historique et/ou culturel

BN : État très proche de l’original, sans intérêt architectural

C : Ayant subi des altérations mineures, mais modèle original identifiable

CC : Ayant subi des altérations majeures, mais modèle original identifiable

CR : Ayant subi des altérations majeures, sans respecter le caractère original

D : En rupture (ne respecte pas l’environnement architectural) à conserver

E : En rupture (ne respecte pas l’environnement architectural) à recycler